Choisir la langue
FR
; ;

Autoroute 30 à Montréal, Montréal, Québec

Autoroute 30, Pont Madeleine-Parent près de Beauharnois Montréal, QC

Les partenariats public-privé permettent le financement et la gestion privés des grands projets d’infrastructure que sont les autoroutes, les tunnels et les ponts. Le projet de l’autoroute 30 dans le Sud du Québec combine ces trois catégories d’ouvrages.

La nouvelle section ouest de 42 km de l’autoroute 30 a permis de réduire la congestion en offrant une voie de contournement au sud de l’île de Montréal. Elle a permis simultanément d’améliorer là circulation, de diminuer la congestion et de promouvoir le développement économique de la Montérégie, région du Sud-Ouest de la province du Québec, et de renforcer les liens commerciaux avec l’Ontario et le Nord-Est des États-Unis.

La construction de l’autoroute à quatre voies s’est déroulée de 2009 à 2012, achevant un lien autoroutier initié dans les années 60. Le projet de construction en deux étapes comprenait une section ouest de 35 km entre Châteauguay et Vaudreuil-Dorion et une section de 7 km reliant la route à Salaberry-de-Valleyfield.

Le projet, s’élevant à 1,5 milliard de dollars CA, comprenait deux grands ponts – l’un de 2,5 km au-dessus du Canal de Beauharnois, appartenant à la Voie maritime du Saint-Laurent, et l’autre d’une longueur de 1,8 km au-dessus du fleuve Saint-Laurent – ainsi que 100 mètres de tunnel en-dessous du Canal de Soulanges. La construction a entraîné la création de plus de 14 000 emplois.

 

Résumé de projet


42km de lien autoroutier

C$1.5milliardprojet

100mètresde tunnel

Le Ministère des Transports du Québec poursuivait plusieurs objectifs pour la complétion de l’autoroute 30. Tout d’abord, le lien devait servir de voie de contournement par la région métropolitaine de manière à diminuer la congestion du réseau autoroutier montréalais. Il fallait ensuite améliorer la connexion avec les autoroutes existantes pour créer un réseau autoroutier plus efficace dans le sud du Québec. Enfin, la conception devait tenir compte de la croissance de la population et de l’économie régionale et la construction devait être complétée en 2012.

 

L’équipe d’Arup, composée de personnes à Montréal, New York, au Royaume-Uni et à Hong Kong, a travaillé avec le consortium concessionnaire exploitant et gérant l’autoroute pour les 35 premières années. Les concepteurs ont tenu compte des considérations environnementales telles que le bruit, le drainage dans les eaux navigables, les zones contaminées préexistantes ainsi que la protection des marais et des zones humides. Ils ont également dû prendre en compte la protection des espèces de poissons menacées et leurs frayères, ainsi que les espèces de grenouilles et d’oiseaux dont les habitats sont situés le long de l’autoroute.

 

La conception des ponts prenait en considération le risque lié à l’impact des navires, la sismicité, le vent, l’hydraulique fluviale et la glace. La conception de l’autoroute tenait compte du travail dans l’argile molle, des périodes de construction courtes et du climat froid, ayant une influence considérable sur les options de remblais, culées et fondations.